Alberta

Au revoir British Colombia !

Mont Robson – Jasper = 95 kms

 

Aujourd’hui, je pensais passer ma dernière journée en Colombie Britannique au camping de Lucerne, mais ce que j’aime dans cette aventure c’est que le matin lorsque je prends la route je ne sais jamais vraiment où je serai le soir.

Depuis le début de cette aventure, la plaie ce ne sont pas les ours, mais bel et bien les moustiques. Au camping du Mont Robson, j’ai faillit devenir dingue tellement l’attaque était violente et les moustiques féroces. Pour la première fois, j’ai fait connaissance avec les gros moustiques, qui lorsque tu les tues, te laisse une méchante traînée de sang dans ta tente. Passée cette épisode, réveil à 5h30 et alors que je commence à plier mon camp, une méchante averse commence à tomber. Je plie bagages et décide de me mettre à l’abri sous le préau du centre info touristes pour  attendre une éclaircie et l’ouverture du café pour avaler un petit déjeuner copieux et acheter des muffins pour la route. Une grosse montée m’attend dès le départ, donc autant avoir le ventre plein.

Longue montée progressive pour dire au revoir au géant. Comme d’habitude je mouline et ça passe facilement. Ensuite la route est vallonnée avec quelques montées mais je me sens bien. Après une trentaine de kilomètres, alors qu’une montée me fait face, je stoppe net avec Elise.

DCIM100GOPRO

Juste après le virage, un lac turquoise immense se dévoile devant mes yeux. A peine remise de mes émotions d’hier, j’ai une nouvelle fois le cœur qui se soulève. Il s’agit du Moose Lake, dont les mensurations sont impressionnantes avec ses 12 kms de long et 2 kms de large. La voie de chemin de fer le longe, ce qui donne une scène magnifique à chaque passage de trains. La portion de route qui le surplombe me donne l’impression de flotter sur le lac avec mon vélo Elise en mode pédalo ?

J’arrive à 13h au camping de Lucerne, censé être ma destination finale. Il est tôt, je me sens en forme et galvanisée par la beauté des paysages, je n’ai pas envie de m’arrêter en si bon chemin. C’est décidé, ce soir je passe le panneau Alberta et me rendrai chez Claude et Garry à Jasper (ils m’attendent aujourd’hui ou demain).

Alberta

Grosse émotion en posant devant le panneau « Welcome to Alberta » et l’impression de laisser des personnes à qui je tiens derrière moi ; je vous garde tous dans mon cœur, merci pour tout ce que vous m’avez offert et j’espère à bientôt au Canada ou ailleurs.

Parc Jasper

Aujourd’hui, j’ai franchi la barrière d’entrée au parc de Jasper, après avoir acheté un pass annuel (je compte bien profiter de la route des glaciers). La vitesse des voitures est limitée à 60 kms, une bouffée d’oxygène pour les cyclistes et les panneaux signalant la présence des ours, vous rappelle que désormais les rencontres sont possibles. A 20 kms de Jasper, ça sent la pluie et l’orage et le vent tourbillonne. J’appuie sur les pédales pour arriver avant que cela n’éclate.

Garry et Claude à Jasper

Grâce à Julian qui m’avait offert une glace à Kelowna, je suis hébergée par Claude et Garry. Claude est originaire de Montréal et est une artiste de talent (uant à Garry c’est un kiwi talentueux dans son métier puisqu’il est charpentier. Je retrouve Claude qui est de permanence dans une galerie. L’orage éclate, j’ai eu très chaud aux fesses !

Comme à Vancouver, Parksville, Victoria ou Kamloops, mes hôtes me font très vite sentir comme à la maison et rapidement une complicité s’installe. Encore une fois j’ai vraiment de la chance d’être accueillie par des personnes qui ont le cœur sur la main. Je profite de mes 2 jours à Jasper pour me réapprovisionner pour environ 4 jours de nourriture, acheter un nouvel appareil photo et une lotion anti moustiques.

Jeudi matin, Claude a eu la gentillesse de me conduite au Médicine Lake et Maligne Lake. Elle m’a offert le déjeuner là bas. Elle voulait absolument que je puisse voir des ours sur la route. Rien à l’aller, en revanche au retour un jeune ours noir était à manger dans des buissons.

Pour notre dernière soirée, Claude a décidé de me conduire dans une piscine thermale pour un petit bain chaud puis au restaurant. Les paysages étaient magiques et nous avons croisé des wapitis sur la route.

On s’attache à des personnes, des paysages de cartes postales et le cœur lourd il faut reprendre la route… je sème des petits bouts de moi sur ma route, en espérant un jour retrouver ces routes et ces personnes.

Majestueux wapiti

Vendredi je reprends la route pour fouler le bitume de la cour des grands. Près de 300 kilomètres sur la Icefields Parkway ; avec Elise nous allons danser sur le bitume avant le retour sur des routes plus plates.

 

3 réflexions sur “ Au revoir British Colombia ! ”

  1. Salut Sandrine! C’est toujours le même plaisir, que de te retrouver dans ton voyage!, si tu étais un mec je te dirai que tu es sacrément couillu!! Je découvre une Sandrine que je ne soupçonnais pas.., je te vois trés bien publier ton voyage, tu as une plume tellement vivante, avec les photos pour support, encore chapeau -bas! Bise de nous deux, Isabelle

  2. Plus tu avances , plus j’ai l’impression que les paysages sont de plus en plus merveilleux …continue c’est extraordinaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *