le-grand-saut

Dire au revoir à sa bulle de confort et de sécurité

Tu prends conscience que tu as vraiment fait le grand saut, lorsque deux étapes importantes ont été réalisées : quitter sa job et son nid douillet !

A peine entré dans la vie d’adulte, on est beaucoup à rêver d’avoir notre bulle de confort et de sécurité : un contrat de travail à durée indéterminée, un appartement cosy, les bras d’un(e) amoureux (se) où se réfugier, des amis(es) pour sortir et faire la fête, mais aussi sur qui compter dans les moments difficiles.

On est aussi un certain nombre à avoir fait la course à cette fameuse bulle de confort et de sécurité pour être dans la norme, autrement dit « entrer dans le moule ». C’est lorsque tu te sens trop à l’étroit dans ce moule que vient le moment de la réflexion. De cette réflexion découle le stade de la décision, comme une ode à la liberté.

Il y a 1 an, j’ai décidé de partir traverser le Canada seule à vélo et de briser cette sphère de confort et de sécurité, avec l’intime conviction qu’il faut à un moment de sa vie se confronter à ses peurs pour enfin se libérer de ses chaînes et lâcher prise. Il y a tant de merveilleuses rencontres à faire, de liens à tisser, de paysages à découvrir et d’occasions de mettre ses sens en éveil.

En l’espace de 15 jours j’ai dit au revoir à mes collègues avec qui j’avais travaillé durant 18 mois, vidé un appartement chargé de 4 années de souvenirs dans ma belle ville de Nantes, pour finalement mettre toutes mes affaires sous une bâche dans un hangar.

Tu as le motton ? M’a demandé mon amie québécoise Anick (elle aussi a fait le choix du grand saut)

Je n’ai ni le motton et encore moins de regret. A ceux qui me demandent si j’ai peur ? Bien sur que je ne me sens pas totalement rassurée à l’idée de camper en pleine nature, d’affronter les montagnes, de faire face aux défaillances mécaniques, physiques et morales. Il n’y a pas de vie sans danger, comme il n’y a pas de rêve réalisé sans audace et ténacité.

Si je laisse derrière moi ma bulle pour réaliser mon rêve, elle n’est finalement jamais bien loin, car même à des milliers de kilomètres vos amis(es) et votre famille seront toujours vos racines qui empêchent l’arbre de tomber.  

 

Une réflexion sur “ Dire au revoir à sa bulle de confort et de sécurité ”

  1. I like the helpful info you provide for your articles.

    I will bookmark your weblog and check once more here frequently.
    I’m rather certain I’ll be told many new stuff proper right here!
    Good luck for the next!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *