BRAVER THAN THE ELEMENTS

Elles font du vélo et veulent que cela se sache

Début décembre j’ai décidé d’organiser la sortie Braver Than The Elements pour la première fois à Nantes. Le principe : une sortie vélo 100% au féminin, qu’il pleuve, vente ou neige.

Je savais que la tâche n’allait pas être facile, car il faut être gonflée pour organiser une sortie vélo le dernier week-end avant Noël, qui plus est avec une météo qui incite plus à rester sous la couette qu’à rouler. Comme me l’a si bien dit Silvi du Paris Women Cycling Club, les femmes il faut les prendre par le guidon pour les motiver à rouler. J’ai donc décidé de relever le défi, avec l’objectif de réunir minimum 10 femmes pour cette première.

Brigitte avec qui j’avais déjà roulé une fois a aussitôt signé, précisant même qu’elle espérait un temps abominable :-) Maryvonne qui oeuvre avec passion depuis 30 ans à l’Union Cycliste Nantes Atlantique (comptant 25% d’adhérentes féminines) a aussitôt répondu à mon appel, ainsi que 8 de ses adhérentes. Grâce au relais de Stéphane Pajot du journal Presse Océan, Catherine, Claude, Elise et Maïtena sont venues gonfler les rangs.  Suite au post sur la page Facebook de Télénantes, Florence réalisatrice indépendante viendra faire des photos du départ. La veille à 23h, Isabelle qui pratique le vélo couché me dit qu’elle nous rejoindra pour le chemin retour. Vingt minutes avant le rendez-vous devant le Lieu Unique, Ezster du cyclo-café La Musette m’appelle pour me dire qu’elle nous rejoindra à Saint-Sébastien. Tout ceci dépasse mes espérances, mais les fortes pluies de la veille me font craindre que tout le monde ne soit pas au rendez-vous le jour J.

Samedi 20/12 : l’air est frais mais la pluie n’est pas au rendez-vous. Toute excitée par cette journée que j’attendais avec impatience, quelle ne fût mon émotion en découvrant cette quinzaine de femmes avec leur vélo au pieds du Lieu Unique, lieu symbolique de la ville de Nantes. Comme je ne cesse de le dire, le vélo est rassembleur quelque soit l’âge ou la pratique. Cette sortie en est l’illustration parfaite, puisque Maïtena la vingtaine est venue avec son fixie bleu flambant neuf. Elena originaire de Seattle, dont je n’ai osé demandé l’âge, est en France pour un an et apprend le français à l’Université de Nantes. Elle vit désormais seule à décidé de continuer de voyager. Il y a plusieurs années, elle aussi a traversé le Canada à vélo avec son compagnon.

@ Florence Mary
@ Florence Mary

Petit entretien avec Presse Océan, pendant que Florence prend beaucoup de plaisir à photographier toutes ces femmes avec leur vélo. Juste avant le départ, c’est la voix tremblante par l’émotion que je m’adresse à elles pour leur expliquer le pourquoi de cette sortie. Toutes sont d’accord à l’unanimité pour dire que le monde du vélo est encore bien trop masculin et qu’il faut que cela change.

Le sourire aux lèvres et dans la bonne humeur, nous prenons la route vers 10h30 en direction d’Oudon. Aujourd’hui, les seuls éléments que nous auront à braver sont le froid et la gadoue sur les chemins de terre. Juste avant la pause déjeuner à Oudon, nous enregistrons la première crevaison (qui sera la seule de la journée). Tout le monde s’inquiétait pour le fixie de Maïtena, mais c’est finalement Catherine avec sa randonneuse qui sera la grande gagnante avec un supplément chantilly offert (Catherine a utilisé une bombe anti-crevaison visiblement très expansive).

La pause déjeuner sera un moment délicieux à déguster sans fin. Il sera ponctué d’anecdotes de sorties vélos qui se voulaient 100% au féminin. Finalement, certaines seront venues accompagnées de leur conjoint, pour la première et la dernière fois, tellement ils auront irrités les participantes avec leur comportement macho. Je raconte aux filles qu’un homme m’avait demandé s’il pouvait participer à notre sortie et que j’avais refusé, d’une part parce que c’était une sortie 100% au féminin et je n’ai pas apprécié sa remarque « il est toujours bien d’avoir un homme à proximité pour changer une roue ». Ce genre de phrase m’irrite au plus au point ! A l’unanimité nous apprécions cette sortie 100% féminine, car pour une fois ça ne parle pas vitesse ou de kilomètres avalés. La technique et la performance sont relayées au second plan, derrière le plaisir de partager un moment convivial ensemble, en pleine nature. Le sentiment de liberté que procure le vélo est notre quête ultime !

Pause pique nique

A la fin du pique-nique, pour récompenser les efforts de nos vaillantes cyclistes, Brigitte et moi-même avions préparé 2 gâteaux, ainsi que des thermo de boissons chaudes. Gâteau carotte-raisins secs-noisettes d’un côté et gâteau pruneaux-noix-rhum couvert d’un glaçage de l’autre. Après avoir dégusté les deux, personne n’a su les départager :-) Je profite de ce moment de détente pour prendre en photo le girls power de Nantes.

Il est temps de reprendre la route car nous commençons à grelotter, Ezster joue même des claquettes avec ses genoux. Le gâteau aura visiblement donné des forces aux filles, qui pédalent à bonne allure. A l’arrière, Claude est à la peine mais ne démérite pas. Elle me confit ne réaliser de telle distance que 2 fois dans l’année et à l’habitude de rouler seule à son rythme. 20 kilomètres avant l’arrivée, nous retrouvons Isabelle et Eddy sur leur vélo couché. Début mai ils partiront de Nantes pour rejoindre la Mer Noire. L’occasion pour moi d’essayer ce drôle d’engin, qui finalement ne parviendra pas à faire 20 mètres à mes commandes, mais fera bien rire les filles. Ma conclusion est qu’il manque des roulettes à l’arrière pour pouvoir trouver son équilibre :-)

Minute bêtisier

Il est presque 17 heures, nous disons au revoir aux filles qui prendront un autre chemin pour rentrer chez elles. Le reste du groupe se réchauffera devant une boisson chaude au Lieu Unique avant de se quitter.

Challenge réussie : des amitiés se sont créées, les filles signent déjà pour l’édition 2015 (Marceline a promis d’apporter un remontant pour accompagner le gâteau). On me réclame même une autre sortie avant mon départ pour le Canada ; je vais donc y oeuvrer. Durant le pique-nique Marceline a dit une phrase qui m’a beaucoup touché : si à ton retour du Canada tu n’as nul part où aller, tu auras 17 maisons pour t’héberger :-)

Cette journée restera à jamais gravée dans ma mémoire, tellement j’y ai fait de belles rencontres. Ce soir là je suis rentrée chez moi en me disant que cette journée était terminée, mais qu’elle était le début de quelque chose : la première pierre d’un édifice que l’on va construire toute ensemble.

5 réflexions sur “ Elles font du vélo et veulent que cela se sache ”

  1. Chouette balade, bravo !

    Si tu veux réessayer le vélo couché avec succès, contacte-moi, tu verras c’est très simple, il faut surtout qu’aucune personne tierce ne tienne le vélo et y’a juste 2-3 choses à savoir et à respecter pour que les premiers tours de pédales se passent bien, et après y’a plus qu’à se laisser porter par le confort et le plaisir !

    Je reviendrai cette année sur des évènements à Nantes (au moins à la Fête du Vélo) et peut-être aussi à St Nazaire (comme en 2013 et 2014) pour des expos et essais de vélo couché, alors si le cœur t’en dit…

  2. Bravo pour cette balade entre filles !!
    Le vélo, quel qu’il soit, est un grand vecteur d’humanité et nous autres hommes (machos, pas tous quand même) devons nous le faire rappeler de temps en temps. =)
    Le vélo, c’est bien plus vaste et riche que la sortie du dimanche à fond coincé dans les roues des « copains » sans piper mot.
    Bravo d’avoir pu organiser ce moment de convivialité entre vous =) !!
    Bon courage dans votre préparation de voyage !

    1. Bonjour Bertrand, merci pour ton message. Le vélo et le sport de manière général est rassembleur, c’est ce qui me plaît. Des femmes avaient ce besoin de rouler ensemble, alors je suis heureuse d’avoir organiser cette sortie et qu’elles y aient pris plaisir. Bien entendu tous les hommes ne sont pas machos, mais il y en a crois-moi j’ai reçu plus d’un message très machiste. Bonne continuation. Sandrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *