Balade en bateau

Le nouveau visage de l’Ontario

Thunder Bay – Nipigon = 115 kms

Nipigon – Schreiber = 95 kms

Schreiber – Marathon = 75 kms

Marathon – White River = 120 kms

White River – Wawa = 95 kms

 En empruntant la route du courage au départ de Thunder Bay, je me doutais qu’il m’en faudrait pour arriver jusqu’à Sault Sainte Marie. Bien plus que du courage, c’est une bonne dose de sang froid et de ténacité qu’il faut embarquer dans sa musette pour emprunter la highway 17.

Depuis la route du courage, j’admire la vue sur le Lac Supérieur. Je sais que la journée va être longue et il faut remettre les jambes en marche après 2 jours de repos. Une fois quitté Thunder Bay, la route est assez monotone et le vent de face a vite fait de vous épuiser. A 40 kms de Nipigon, mon étape du jour, j’aperçois un cyclo voyageur dans mon rétro.

Felix à Nipigon

Félix est étudiant en biologie à Montréal et a décidé de traverser le Canada d’Oest en Est via la transcanada Highway. Sa rentrée universitaire démarre mi-août mais il sait déjà qu’il manquera les premiers jours. Nous nous arrêtons faire une pause près d’une rivière où une famille est à la pêche. Il nous propose des bouteilles d’eau fraîche et des bières si nous voulons. Felix profite de la rivière pour prendre un bain cul nu. Nous nous remettons en selle et prenons le relai à tour de rôle afin de nous couper du vent. Arrivée à Nipigon, Felix souhaite faire quelques courses et reprendre la route ensuite. Auparavant, il m’accompagne à la marina. Le blueberrie festival s’y déroule justement. L’entrée est payante, mais le festival se termine dans une demi heure donc on nous laisse entrer. Notre premier réflexe est d’aller au stand barbecue, voir s’il y a des restes de nourriture. Nous commençons à discuter avec le cuisto, très rapidement il comprend que nous avons faim et nous offre un burger, puis un hot dog quelques minutes plus tard. A la fin du festival, il reste 4 steacks et 2 saucisses, qu’il nous offre généreusement. Alors que Felix part en ville se ravitailler en eau et voir si dans les poubelles de Tim Hortons il peut nous rapporter un dessert, j’aide les festivaliers à remballer le matériel afin de les remercier pour la nourriture offerte. J’en profite pour demander au cuistot s’il pense que je peux planter ma tente ici, face à la rivière. Il me répond que ça ne pose pas de problème et me donne un papier avec son nom et son téléphone et me dit « si quelqu’un vous cherche des problèmes dites que vous êtes bénévole au Blueberrie festival et ils peuvent m’appeler ». Felix revient avec tout un tas de beignets encore emballés dans un sac. Il décide finalement de planter sa tente avec la mienne et reprendra la route le lendemain. Après notre copieux dîner, je profite que Felix écrive dans son journal de bord pour faire une balade près de la rivière.

Paul assis devant son camping car à boire du vin, commence à discuter avec moi, m’invite à m’assoir et à boire une bière. Quelques minutes plus tard, il me propose une balade en bateau. Je cours chercher Felix, qui sautille comme un gamin en apprenant la nouvelle. Ce soir, je vis enfin ma plus belle soirée de bivouac en Ontario.

Au lendemain matin, Felix part devant, nos chemins se séparent ici. De Nipigon à Schreiber les routes sont spectaculaires, avec de grosses montées longues et raides et de belles descentes aussi. Les falaises ont des tons rouge et ocre et les différents points de vue sur le lac Supérieur sont grandioses.

Mon genou droit commence à présenter des signes de faiblesse. A 20 kms de Terrace Bay, je décide de m’arrêter dans le village de Schreiber : il n’y a pas de camping, l’épicerie est fermé pour congés ; ce soir je passerai la nuit au motel.

Peu après Terrace Bay, alors que je fais une pause sur le bord de la route, j’aperçois un camping car à l’arrêt, puis un homme qui arrive en courant. Il monte dans le camping car et en ressort avec une bouteille d’eau, une boisson énergisante et 2 sachets de hot meals.

Hamza est marocain et étudie à l’université de Montréal. Ils participent à un relais parti depuis St John pour rallier Vancouver, afin de récolter des fonds pour la lutte contre le sida. Quelle belle rencontre entre sportifs sur le bord de la route.

De Schreiber à Marathon, les routes sont à nouveau assez monotones. Jusqu’à mon arrivée à Rossport, petit coin de paradis qui ressemble à la Bretagne tellement l’eau y est translucide et fraîche.

Au départ de Schreiber je choisi de rouler moins afin d’économiser mon genou et m’arrête dans un camping à environ 15 kms de Marathon. J’en profite pour faire une marche de 8 kms dans le Parc ProvIncial de Neys. J’ai l’impression d’être à la mer, pourtant il ne s’agit que du Lac Supérieur.

Neys Provincial Park

Au départ de Schreiber, je dois faire un détour par le centre de Marathon, afin de pouvoir enfin acheter des fruits : 4 kms en descente, mais 4 kms d’une grosse montée au retour. Je ne suis déjà pas en avance, car avec le climat humide et frais, je n’arrive plus à faire sécher ma tente. Départ de Marathon à 11h, il me reste 90 kms à parcourir… Mon genou me tire, en plus du décor monotone, l’état de la chaussée se dégrade au fur et à mesure que j’avance. A 40 kms de l’arrivée, alors que je peine, j’aperçois un nouveau cyclo voyageur dans mon rétro.

Daniel à White River

Cette fois il s’agit de Daniel, originaire du Michigan, qui profite de ses 15 jours de congés pour faire le tour du Lac Supérieur. Je suis rincée et n’essaye pas de prendre sa roue : nous nous donnons rendez-vous à White River pour boire une bière fraîche. Dans le village qui a pour mascotte Winnie l’ourson, je retrouve Daniel dans un resto routier pour prendre des forces et nous décidons de planter notre tente sur une aire pique nique situé près d’un trucks stop. Une douche à la station essence service du coin et c’est parfait. Alors que Daniel demande à un homme s’il y a un liquor store pour acheter de la bière, celui-ci lui répond qu’il est fermé. Une demi heure plus tard, l’homme arrive à notre tente avec 2 bières rapportées de chez lui et nous les offre.

La bière de la victoire

L’Ontario commence enfin à montrer un nouveau visage qui me plaît davantage, entre routes spectaculaires et chaleur humaine.

Je prends la route avant Daniel qui savoure une grasse matinée. Aujourd’hui le parcours est plus roulant, malgré une chaussée pas toujours en bon état. Alors que j’arrive en début d’après-midi à Wawa et me rends au terrain de camping, j’aperçois Daniel qui lui décide de continuer sa route. Ma tente étant complètement trempée, ce soir je dormirai dans une cabine pour e même prix qu’un emplacement de tente. Alors que je nettoie ma chaîne, un homme et ses 2 golden en balade vient discuter avec moi. Plus tard dans la soirée, je le rencontre à nouveau avec sa femme devant leur gigantesque camping car de la taille d’un bus. Ils m’offrent un verre de rosé et des rondelles de saucissons, nous discutons pendant un bon moment et je repars avec une part de pizza maison, une pomme, une orange et un caribou en peluche. Tellement fatiguée je ne me rappelle malheureusement pas leur prénom et je n’avais pas mon appareil photo avec moi, mais je remercie ce couple pour cette délicieuse soirée passée en leur compagnie.

Chaque journée me rapproche de Sault Sainte Marie, mais je sais que la route est encore longue et difficile et l’Ontario toujours aussi imprévisible…

 

7 réflexions sur “ Le nouveau visage de l’Ontario ”

  1. Hi Super Hero! It sounds much more difficult than in the West. Both riding and who you’ve met. When you are finished, you will appreciate your adventure even more. It’s a struggle but it will be worth it in the end. Struggle on! The Funny Guy.

  2. Bon, tu as déjà traversé plus de la moitié de l’Ontario. C’est bien, mais ne va pas trop vite quand même, il reste encore pas mal de kilomètres. Ecoute ton genou.
    A pédaler aussi vite, tu vas finir par louper les chutes de Niagara !
    A oui, c’est vrai que tu ne veux pas y aller… Garde un peu de pêche quand même pour les 1800 îles.

  3. Hi SoSo, we have been following your trip and realize the tremendous strength you have to keep going! Travel safe we think of you daily! Be careful on those highways! We enjoyed our visit with you so much in Neepawa while we were there watching our grandson play baseball. Take care, A & K.

  4. You are doing well Sandrine. You will really enjoy Quebec cycling. We went from Espanola down to south baymouth (bruce peninsula) take a ferry to Tobermory. Fantastic quiet country roads to cycle from there. On the way to espanola you can get off hwy 17 which is a nightmare. Take the lee valley road in massey all the way to espanola. Very few cars. Enjoy. We think of you often. We are just heading towards New Brunswick. We are in Quebec city at the moment.

  5. render vous comme convenue a l/ile noire pour feter ton arrivepas a montreal*j/aurais un peu de retard puisque ce meme jour je passe un i r m*pas de souci passe une bonne soiree avec tes amis nous somment fiert de toi*gros bisous de st naz*on t/aime a plus*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *