Sur les routes de l'Ontario

L’enfer de la highway 17

Wawa – Montréal River = 105 kms

Montréal River – Sault Ste Marie = 125 kms

Les cyclistes d’Ontario ont décidé de ne plus mettre leur vie en jeu sur la HWY 17, seuls les cyclos voyageurs, tels des funambules, tentent de garder l’équilibre sur un accotement trop étroit pour eux.

En empruntant la route 17 de l’Ontario, je ne me suis rarement réjouis de ma journée sur 2 roues, j’étais juste heureuse d’être saine et sauve et espérais que les autres cyclos étaient arrivés à bon port tout comme moi. C’est regrettable, car il y a certaines portions vraiment très belles, avec des routes spectaculaires dignes des routes de montagne.

Routes spectaculaires en Ontario

Le matin, c’est avec appréhension que je reprenais la route, moi qui jusqu’ici était impatiente d’enfourcher mon vélo pour une nouvelle aventure. Je me souviens qu’avant d’arriver à Thunder Bay, j’avais émis l’hypothèse de faire du stop si jamais je ne me sentais plus assez en sécurité sur la route. Il faut croire que j’ai appris à cultiver un certain sang froid, à surmonter ma peur, car j’ai vaincu sur le route 17 : de Kenora à Sault Ste Marie j’ai roulé 1190 kms en 12 jours avec 6125 mètres de dénivelé positif.

Depuis Wawa à Montreal River, la route traverse le parc provincial du lac supérieur, qui se distingue par ses impressionnantes falaises, ses collines couvertes de forêts et ses eaux bleues et profondes. Les scenic roads sont spectaculaires et dans les descentes on a l’impression d’être sur le grand tremplin de saut à ski, prêt à se jeter à corps perdu dans le majestueux lac supérieur.

Pour se remettre de ses émotions, rien de tel qu’un arrêt à Old Woman Bay. Attention à ne pas trop se laisser subjuger par les paysages, car malheureusement il faut toujours garder un oeil (voire même les deux), sur l’état de la chaussée et sur le trafic.

Les belles routes de l'Ontario

A mon arrivée à Montreal River, j’ai trouvé un peu d’apaisement au camping, avec une vue magnifique sur le lac. Je me revois encore manger mon assiette de pâtes assise sur la balancelle.

Vue depuis ma tente à Montréal River

Seules les attaques de moustiques ont brisé ce moment de quiétude. Car oui, en Ontario vos soirées seront souvent gâchées par les attaques de moustiques ! Combien de fois j’ai dû dîner dans ma tente, n’en pouvant plus de me faire dévorer.

Au départ de Montreal River, 125 kms me séparent de Sault Ste Marie. Autant dire que je n’étais absolument pas confiante quant à la possibilité d’y arriver le soir même. Emprunter la route 17 un samedi ensoleillé, en direction d’une ville très touristique, tout en sachant que l’état de la route va être catastrophique ; il faut sûrement être un peu kamikaze pour cumuler autant de risques. Je me souviens de ces plages aménagées sur le lac, me disant que je me serai bien installée sur un transat à boire un cocktail. Car sur la route 17 les cyclos sont loin d’être en vacances. On aimerait pouvoir profiter de tous ces beaux points de vue qui s’offrent à nous ; plaisirs défendus car il faut constamment garder les yeux grands ouverts droit devant soi.

Sur la route 17, j’ai appris à développer mon ouïe. Sans même regarder dans mon rétro, juste au son du moteur, du vrombissement du véhicule, j’étais capable de déterminer la taille du véhicule qui allait me frôler et ainsi adapter mon attitude en fonction. Ce jour là, je me souviens ne rien avoir lâché et avoir eu cette impression de jouer ma vie encore plus que les autres jours. Transcendée par la peur, je ne sentais plus la douleur de mes jambes pourtant contractées à chaque coup de pédale.

A mon arrivée à Sault Ste Marie, j’étais fière et heureuse d’avoir vaincu, avec ce sentiment que le plus dur était dorénavant derrière moi. J’ai laissé des forces et de l’énergie sur les routes de l’Ontario, mais j’ai aussi gagné en confiance et en force physique et mentale. Célébrer mes 3 mois sur les routes canadiennes en compagnie d’autres cyclos voyageurs, était pour moi ma récompense. Pour la première fois,  je vais prendre 2 jours de repos sans être accueillie par des hôtes.

Vélorution

Je vais rester sur le camping de la boutique Vélorution, qui offre un bout de terrain pour les voyageurs à vélo, un accès à la douche et du WIFI. Proposer une terre d’accueil à des cyclos venus à bout des routes de l’Ontario, où qui s’apprêtent à les affronter : en voilà une bonne idée. Mais à Vélorution, je serai restée 3 nuits de bivouac seule. Heureusement, Steve le mécano a fêté mes 3 mois au Canada avec moi en m’offrant deux bières et en m’accompagnant dans un fish and chips.

Dylan et Jessie

J’ai bien failli passer une nuit en compagnie de Dylan et Jessie, un couple habitant Barrie et terminant juste leur tour du lac supérieur. Seulement voilà, les parents de Dylan sont arrivés plus tôt que prévu et ont chargé les vélos dans leur voiture. Jessie et Dylan avaient acheté de la viande organique dans une ferme en vue de préparer un chili pour leur dîner. Ils ont eu la grande générosité de me l’offrir avant de partir ; avec mon pain et mon fromage acheté le matin même, j’ai pu me préparer 2 délicieux hamburgers maison.

Avant de reprendre la route, j’ai confié Elise à Vélorution pour contrôler la tension des rayons et vérifier mon dérailleur avant qui semblait dérégler. Résultat on m’a facturé 67 dollars pour la prestation et des pseudos réglages non demandés. J’ai eu le sentiment de me faire voler et si je portais une grande estime dans l’initiative de départ, après coup j’ai l’impression que Vélorution profite des voyageurs de passage.  Depuis, j »ai eu d’autres echos de voyageurs qui ont trouvé les tarifs de Vélorution exorbitants pour une prestation pas forcément de qualité. Ce qui me gêne le plus dans cette histoire c’est que Vélorution appâte les cyclos voyageurs via le site Warmshowers, en proposant un terrain où camper et une douche chaude. Les cyclos arrivent et confient leur 2 roues en confiance et au final c’est une douche froide qui les attends. Un écriteau indique que  l’on peut faire une donation (bière, nourriture,…) à l’équipe et j’aurai aimé le faire mais n’ai pas pu après tant d’argent dépensé.

9 réflexions sur “ L’enfer de la highway 17 ”

  1. Ce serait des vrais warmshowers il te feraient payer que les pieces a prix coutant, pas le temps passe. Et puis il y avait cette phrase qui disait qu’ils apprecierait qu’on leur apporte des bierres (pour payer la nuit en qq sorte). J’ai pas pu echanger deux phrases avec les hotes on m’a meme pas demande d’ou je venais et ou j’allais. Faudrait presque mettre un feedback neutre sur le site pour le coup car il y avait d’autres hotes dans la ville qui attendaient vraiment de rencontrer des voyageurs.

  2. Quel passage en Ontario. Tu ne l’oublirais jamais!!…et quels prix!!! C’est domage que cela t’a arrivé….c’est sans doute ce qu’on appèle ‘highway robbery’!! Après un épisode comme ça, tu te rappèleras plus affectueusement ton temps passé à Saskatoon!!!haha.
    J’espère que ta jambe se guérisse.

  3. 67$ pour juste vérifier wow! heureusement qu’ils n’ont rien changé ! apparemment on retrouve au Canada les mêmes boutiques peu sympa avec les voyageurs que certaines en France… courage pour la suite !

  4. (Isabelle) Salut Sandrine! Je te reconnais ce même courage à toujours avancer, mais comprend que la note de Vélorution a du te couper les pattes.., de quoi s’insurger et en faire une Révolution.. ceci dit,il y a toujours des couacs pas prévu, l’humain et son côté profit..abject!!

  5. C’est super de voir que tu as surmonté cet obstacle, j’ai l’impression que tu as adopté un point de vue plutôt zen : certes c’est moins marrant qu’à l’ouest mais il faut bien le passer pour arriver à l’est… Bravo, belle démonstration de persévérance et de force d’esprit.

  6. Salut, Juste un petit tuyau. Je viens de faire la liason Sault-Ste-Marie et Montréal en vélo. Entre le village de Massey et Espanola il y a la « Lee Valley Road » que je recommande fortement: plat, bonne surface, relativement beaucoup d’ombre et peu de circulation. Par contre, si de Espanola vous allez ver le Sud et l’Île de Manitoulin, soyez averti qu’il a des côtes entre Espanola et Whitefish Falls.

  7. Coucou,

    Attendons avec impatience des news.
    Par tes parents nous savons que tout va bien,nous les verrons certainement demain car nous ramenons papi et mamie à Saint naz.
    Tu avances super bien ,bravo!
    Espère un Skype prochainement.
    Bisous de toute ta tite famille

  8. la ma fille excuse l/expression mes tu me trous le cul chapeau bas*tu est vraiment une extraterrestre c/est pour cela que nous avons tant d/amour a partager ensemble*profite bien tout en te reposant quand meme *montreal t/appartient*gros bisous*a plus*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *