Coucher de soleil à South Baymouth

Nouveau départ !

Sault Ste Marie – Blind River = 145 kms

Blind River – Whitefish Falls = 130 kms

Whitefish Falls – South Baymouth = 95 kms

South Baymouth – Tobermory = Ferry

 

J’ai quitté Sault Ste Marie avec l’envie de tourner une page et d’ouvrir un nouveau chapitre sur les routes de l’Ontario ; dire au revoir à l’hostilité des routes et à des habitants quelque peu fermés, pour renouer avec l’aventure et la chaleur humaine.

De Sault Ste Marie à Blind River, ça roule plutôt bien. Malgré le vent défavorable et une grosse averse qui m’a contraint à m’abriter sous un arbre, la journée a été plutôt facile. Aujourd’hui, j’ai battu mon record de distance avec 145 kms au compteur.  Après avoir prospecté la ville, j’ai trouvé le spot parfait pour camper : une pelouse cachée à l’arrière d’un motel, qui donne sur la rivière. Je demande l’autorisation au gérant du motel avant de planter ma tente et il me répond qu’il n’y a pas de problème. Alors que je prends des photos sur la petite plage aménagée, je vois 2 campings car arriver à leur tour et quelques minutes plus tard deux couples avec du fromage, des crackers et du champagne, qui se dirigent vers la plage.

Tchin à Blind River

Les deux couples sont originaires de Montréal et souhaitent trinquer pour le premier jour de leur séjour de retraités qui va les mener à Yellowstone et au Grand Canyon aux USA. Ils m’offrent du champagne et nous passons la soirée à discuter ensemble avant de nous souhaiter bonne route. Mon nouveau départ démarre plutôt bien et si le bruit de la pompe de la station d’épuration située à côté à perturbé notre sommeil, il n’a en rien gâché cette magnifique vue au coucher du soleil et aux premières lueurs du matin.

En quittant Blind River, je sais que je vais emprunter la route 17 pour la dernière fois et ce pour mon plus grand plaisir. La veille mon ange gardien Kirsten, rencontré à Princeton, m’a une nouvelle fois conseillé une route secondaire afin de sortir de la 17 plus rapidement. Depuis Massey à Espanola, la Lee Valley Road, goudronnée depuis 1 an, propose une balade champêtre avec un trafic quasi nul. Arrivée à Espanola à 16h, je fais quelques courses et décide de reprendre la route. Aujourd’hui, il fait un temps magnifique, plutôt chaud même, mais la route était plutôt roulante et j’ai de bonnes jambes. A Massey, j’ai envoyé une demande Warmwhowers de dernière minute à un hôte situé à Whitefish Falls. Avec ou sans réponse de sa part, je compte y planter ma tente ce soir. D’Espanola à Whitefish Falls, je ne m’imaginais pas tomber sur une route aussi spectaculaire. A flanc de falaise, la route de la baie géorgienne offre des montées et des descentes vertigineuses.

Famille cyclo

En chemin, je croise une famille de cyclo voyageurs. Julie, Chris, Charlotte et Léo sont originaires du Québec et partent pour 1 an en direction de Panama. Avant de les quitter je leur dis de bien faire attention sur la route 17 jusqu’à Sault Ste Marie.

A mon arrivée à Whitefish Falls, il me reste à trouver un endroit où dormir car je n’ai pas eu de réponse de mon hôte Warmshowers. Cachée dans le bush, j’aperçois une maison : c’est la seule (j’ai appris qu’il n’y avait que 30 habitants dans ce village). J’entre sur le terrain, je vois une femme s’avancer vers moi, je lui explique que je recherche un terrain où planter ma tente pour la nuit. Elle me dit de la suivre. Son mari installé en terrasse me demande si je suis à la recherche d’un Warmshowers. Je lui réponds que je ne sais pas si j’aurai une douche chaude ce soir, mais que la seule chose qui compte est que je puisse trouver un endroit sûre où planter ma tente pour la nuit. Jim et Judy connaissent mon hôte Warmshowers. Alors que Jim m’offre un thé glacé, Judy appelle mon hôte pour savoir s’il peut m’héberger. Personne ne répond à l’appel ; sans même réfléchir, Jim et Judy me proposent de planter ma tente sur leur terrain. Il me propose aussi de profiter de leur douche. Afin d’économiser ma cartouche de gaz bientôt vide et que je n’arrive pas à remplacer, ils m’invitent à faire cuire mes pâtes dans leur cuisine et à m’installer à table avec eux. En plus de mes spaghettis, Judy m’offre un morceau de poulet, du maîs et une part d’apple pie pour le dessert, ainsi qu’une bière pour faire descendre ce dîner gargantuesque. A la fin du repas, Jim me propose de me faire visiter le coin en voiture.

Il me montre le barrage qui servait à l’époque à fabriquer de l’électricité pour alimenter le village, ainsi que les baraquements des ouvriers qui extrayaient le quartz des falaises et m’offre une superbe vue depuis le haut de la colline.

Judy et Jim à Whitefish Falls

Au matin du départ, je profite de mon petit déjeuner en compagnie de Judy et Jim, en me disant que le hasard m’a fait rencontrer des hôtes Warmshowers hors paire. Je reprends la route rechargée après tant de chaleur humaine.

Aujourd’hui,  l’objectif est de rallier South Baymouth, afin de prendre le premier ferry le lendemain matin et ainsi profiter de ma journée à Tobermory avec Brian et Pat qui m’ont invité à les rejoindre dans leur cottage.

Pont tournant à Little Current

A Little Current, un pont à bascule permet de laisser passer les bateaux de plaisance. C’est aussi le lien pour arriver sur Manitoulin Island. L’île de Manitoulin est la plus grande île en eau douce au monde.

Pour la première fois depuis la vallée Okanagan, je traverse des terres grillées par la sécheresse et j’ai finalement peu l’impression d’être sur une île. Il fait une chaleur étouffante, il n’y a qu’en approchant des côtes que j’ai pu sentir une légère brise.. Aujourd’hui, je dois affronter un terrible vent de face et la route est vallonée ; autant dire que mes jambes ne sont pas au repos et mes genoux commencent à tirer.

Une longue pause à Manitowaning et une visite du village, me permettent de reprendre un peu d’énergie. Non sans mal j’arrive à 17h30 à South Baymouth. Objectif : trouver un endroit où planter ma tente en étant proche du ferry. Je tourne et vire dans le village à la recherche d’un super spot. Il y a bien un camping avec vue sur le lac, mais je n’ai plus d’argent à dépenser pour dormir, je préfère manger. Il y a bien une petite plage publique qui donne sur le lac avec juste un bout de pelouse suffisant pour planter ma tente. Je décide de continuer ma route sur un chemin de graviers qui longe le lac. Un homme sur la terrasse d’une grande maison me fait signe de venir. Il me demande si j’ai besoin d’eau et lui explique que je suis juste à la recherche d’un endroit où planter ma tente. Un de ses amis s’installe sur la terrasse, il a un motel et me propose une chambre pour 85 $. Je réponds que c’est au-dessus de mes moyens et que je cherche juste à planter ma tente. Un troisième homme arrive et me dit qu’il est le propriétaire de la maison et que je peux m’installer sur son terrain. Je sens bien que les trois hommes ne sont pas à jeun et ne me sens pas trop rassurée à rester dans un premier temps. Je discute un peu avec eux, ils sont très joyeux mais finalement ils n’ont pas l’air bien méchants. Je décide donc de rester. Jimmy est originaire de Sudbury et vit désormais dans la maison de ses défunts parents à South Baymouth. Ils n’auront pas eu le temps d’en profiter pour leur retraite. Smiley est marocain et parle donc très bien le français. Après avoir pas mal voyagé, il a posé ses valises à New York, mais n’a pas survécu au premier hiver et a donc décidé de gérer un motel à South Baymouth. Jimmy habite dans une réserve First Nation et sera ma première vraie rencontre avec un natif des Premières Nations.

Nous avons passé la soirée au coin d’un feu face à la baie Géorgienne, avec Jimmy à la guitare. Canada, Maroc, France et Première Nation réunis pour une soirée de partage et de franche rigolade. Tous trois étaient ravis d’avoir fait ma connaissance et ont trouvé que je dégageais beaucoup d’ondes positives. De mon côté, je me suis rendu compte que cette aventure m’avait permis d’être plus tolérante et d’avoir davantage confiance en l’être humain. Avant d’aller me coucher Smiley me propose de m’offrir une nuit dans son motel, mais je lui explique que ma maison c’est ma tente.

Lever du soleil à South Baymouth

Au petit matin, j’ai pu admirer le lever du soleil et réaliser encore une fois la chance que j’avais d’être ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *