St Mary Lake

Escale à Salt Springs Island

Chemainus – Salt Springs Islands = 50 kms

Premier changement d’itinéraire depuis le début de cette aventure. Je n’ai jamais su si mon attrait pour les îles était dû à mes origines guadeloupéennes, ou juste à cause du sentiment de sécurité qu’elles procurent. Dans tous les cas, j’avais décidé de prendre le ferry, afin de visiter Salt Springs Island. A proximité de l’île de Vancouver, se trouvent les Southern Golf Island, dont les plus visitées sont Salt Springs Island, Mayne Island, Galiano Island et Saturna Island. 

Avant d’embarquer sur le ferry, je pris le temps de visiter la charmante ville de Chemainus. L’histoire de cette ville était écrite sur ses façades, comme un tatouage sur la peau.

Après la fermeture en 1983 de la dernière scierie de la région, le village de Chemainus deviendra un modèle de résistance face à une mort lente. Une grande fresque murale décrivant l’histoire de la région verra le jour. Plus tard,  une trentaine d’œuvres supplémentaires seront ajoutées. Grâce à l’afflux des touristes, Chemainus renaîtra de ses cendres.

Alors que je flânais dans la rue, Dan et sa femme, tous deux à vélo, vinrent vers moi pour engager la conversation. Dan adorait la France, une de ses cousines y habitait, ce qui lui avait donné l’occasion de visiter le pays en partie. Tous deux résidaient sur Salt Springs Island et s’apprêtaient eux aussi à prendre le ferry. Nous faisâmes la traversée ensemble. Dan en profita pour me donner sa carte avec son adresse et son numéro de téléphone, si jamais j’avais besoin d’un endroit où planter ma tente pour la nuit. Malheureusement, leur maison était à deux pas de l’endroit où nous allions débarquer et j’allais prendre la direction du Sud de l’île afin d’être proche du quai où je devrais reprendre un ferry le lendemain matin.

Salt Springs Island

La Colombie Britannique, l’île de Vancouver en particulier, est réputée pour être sous la pluie au mois de mai. Pourtant, depuis mon arrivée, le soleil était bel et bien présent. Ce jour là, la chaleur était particulièrement intense. Mes premiers coups de pédale me menèrent vers le somptueux Saint Mary Lake.

St Mary Lake2

En plus de la beauté du lac,  j’apprécia de pouvoir y trouver un peu de fraîcheur. Je me dirigea ensuite vers Ganges, qui était le cœur de vie. Cette partie de l’île était très animée. A chaque coin de rue, je croisa de jeunes hippies avec leur guitare sur le dos, venus jouer pour gagner un peu d’argent. A ma grande surprise, plus j’avançais et plus le relief grimpait. Avec le thermomètre qui continuait à monter, je sentis que mon tour de l’île n’allais pas être une balade de santé.

Salt Springs Island

Salt Springs Island vait des allures de hippie chic, entre ses occupants aux allures de bohème et ses maisons cossues. L’empreinte des anglais y était aussi bien présente, avec ses élégants cottages en bois qui parsemaient l’île et ses vieilles voitures anglaises qui côtoyaient les pick-up sur les routes.

Le soir venu, j’avais en tête d’aller planter ma tente dans le somptueux Rockle Provincial Park, réputé pour être un joyau de l’île, avec ses côtes accidentées et ses forêts d’arbousiers. Malheureusement, les côtes étaient de plus en plus difficiles à grimper et avec la chaleur caniculaire, j’étais à bout de forces. A plusieurs reprises, j’ai été contrainte de pousser mon vélo. Je décida de dépenser le peu d’énergie qu’il me restait, pour me diriger le plus près possible du quai où j’embarquerai le lendemain matin. En chemin, je traversa la somptueuse Burgoyne Valley, très verdoyante et qui avait surtout l’avantage d’être essentiellement en descente. Tel un animal à la recherche de sa proie, je restais à l’affût d’une opportunité pour planter ma tente. Soudain, j’aperçu une sorte de parking avec des voitures et à l’angle une boulangerie fermée. Juste en face du parking il y avait une aire de pelouse avec des tables de pique nique. J’aperçu deux hommes en train de faire des travaux de menuiserie dans une maison juste à côté de la boulangerie. Je leur demanda l’autorisation de planter ma tente ici pour la nuit. Danny me répondit que si j’avais levé le camp avant l’ouverture de la boulangerie, cela ne devrait pas poser de problème.

Campement

Ce soir là, je n’eu pas de vue paradisiaque comme la veille et avec mon campement en bord de route mon sommeil risquait d’être perturbé, je fût tout de même bien heureuse d’avoir trouvé un endroit où me sentir en sécurité pour passer la nuit.

 

6 réflexions sur “ Escale à Salt Springs Island ”

  1. Hello Sandrine,

    C’est avec grand plaisir que je lis chaque jour, ou presque, tes récits d’aventure.
    Vivement demain pour le prochain article !
    Maintenant, avec quelques jours de recul, quelle est ta forme physique ?
    Tu comptes « prendre des jours de repos » tous les combien de temps ?
    Et finalement, les Canadiens, ils sont encore plus sympas qu’on ne le dit déjà ?

    A très bientôt,
    Fred

  2. Tata sardine! !
    Sansan!!
    sandrine! !
    Laquelle dois je féliciter pour son blog,top moumoute! !
    Tous les jours j’ouvre ma tablette pour voir où se trouve juju et sa cousine ,je ne pédale pas moi,mais je joue avec mon stylet et ça c’est du boulot! !
    Sache que nous boirons un ti punch samedi en pensant à vous nos grands voyageurs.
    Pleins de gros bisous et des grands coups de pedales

  3. Je viens de prendre vraiment le temps de me poser, de regarder ton parcours.
    Scotchant. Bluffant…

    Bon, on r’tourne à notre apéro; on va trinquer à ta santé.
    Dans not’ canapé en cuir.
    Ohhhhhhhh, les salauds …

    En tous cas, bravo ma cousine
    C’est chouette, ce que tu vis là.
    Et qu’on partage, de loin, mais avec plaisir.

    Fais gaffe aux nounours dans la forêt :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *