Vermilion Lakes

Transition après les montagnes

Lake Louise – Canmore = 85 kms

Bien sûr que je suis nostalgique de quitter mes belles montagnes, même si parfois elles m’ont fait mal aux cuisses. Mais malgré ce qu’en pense certain, je suis certaine d’être capable de vous faire encore rêver après les Rocheuses et de miser encore une fois sur les belles rencontres. Il n’y a pas de paysages ennuyeux, il n’y a que des personnes qui ne savent pas apprécier la beauté des paysages.

Ce matin départ tardif. Depuis la route des glaciers j’ai du mal à me lever, c’est le signe qu’il faut que je m’accorde une journée de repos. Terminée la Icefields Parkway, bonjour la Bow Valley Trail. La route 1A est l’ancienne route, avant la construction de la transcanadienne. Beaucoup moins fréquentée par les voitures, elle offre un terrain de jeu qui régale les cyclistes. Malheureusement la journée démarre mal pour moi. A la sortie de Lake Louise, je chute avec mon vélo sur un panneau avec des rouleaux  : ma jambe gauche passe entre les rouleaux et Elise se couche sur moi. Heureusement plus de peur que de mal. Ensuite c’est la pluie qui vient gâcher la beauté des paysages de la vallée de Bow. Un peu de fraîcheur ne fait pas de mal après toute cette chaleur. Après un court passage sur la transcanadienne, je poursuis ma route sur le sentier de l’héritage qui mène jusqu’à la station de Banff. Cette route est parallèle à la transcanadienne, mais permet de profiter du calme et des paysages. Juste avant l’arrivée à Banff, ce sentier pour permet de découvrir les Vermilion Lakes, qui malgré le ciel gris sont de toute beauté.

A mes yeux, Banff n’a pas l’authenticité et le charme de Jasper. Le temple du tourisme et des boutiques de luxe ne l’emporte pas à mes yeux malgré une très belle station avec de très beaux sentiers de randonnées. Malheureusement, je n’ai pas trouvé d’hébergement sur Banff donc je ne resterai pas pour y randonner. Mon porte monnaie me dit de poursuivre ma route. Je continue sur le sentier de l’héritage qui permet de rejoindre Canmore, qui sera mon point d’arrêt pour aujourd’hui et pour ma journée de repos. N’ayant pas trouvé d’hôte, je décide de séjourner dans une sympathique auberge de jeunesse, afin de profiter d’une cuisine tout équipée, d’une machine à laver et d’un sèche linge et de chaleur humaine.

Alors que je suis en route vers le Bear Hostel, une fille côté passager crie mon nom et me fait signe de me garer sur le côté. Je m’approche de la voiture et ne reconnais pas ses occupants. Pour la petite histoire, Janick et Pierre Lemieux avait lancé un appel sur Facebook pour que leurs contacts m’hébergent en route. J’étais en contact depuis quelques temps avec François Lemieux, ami de Janick et Pierre. Celui-ci s’était excusé de ne pas pouvoir m’héberger mais m’avait dit de lui faire signe pour boire une bière. Le conducteur de la voiture est François, accompagné de son amoureuse Arianne. Tous deux décident d’aller faire des courses avec l’idée de me préparer un dîner à l’auberge de jeunesse que l’on savourera tous les 3. Décidément cette journée qui devait être sans relief, est pleine de surprise. Alors que je décharge mon vélo devant l’auberge, une femme vient discuter avec moi. Jean est originaire d’Halifax. Elle me propose de dîner avec elle ce soir à l’auberge de jeunesse. Je dois décliner l’invitation, mais apprenant que je reste le lendemain me propose de remettre ça. Un immense merci à mes deux compères québécois pour le délicieux dîner arrosé de vin, de bière, de rires et de récits de voyages. François et Arianne partiront dans quelques mois pour une traversée des USA. Bonne route à eux deux.

Arianne et François

Après plusieurs soirées seule sur mon campement, j’avoue apprécier la convivialité et les rencontres en auberge de jeunesse. Demain je reprendrai la route avec le ventre plein, du linge propre, prête pour de nouvelles aventures, direction les Badlands et les fameuses Hoodoos de Drumheller.

 

4 réflexions sur “ Transition après les montagnes ”

  1. Hello Sandrine ,
    Impressionnant de courage et de volonté, plus tu pédales moins vite, moins tu avances plus vite …. Mais l’effort physique n’est-il pas récompensé par de nouvelles découvertes? Prends en plein les yeux, apprécie les rencontres, ce sera ton livre de chevet inscrit dans ton esprit pour ces prochaines années, tout en envisageant un autre périple.
    Il y a tant à découvrir….
    Bises,
    JO’ – JeanMi. Saint-Malo

  2. C’est l’fun tu nous fait découvrir des coins de notre pays que l’on a jamais vu… merci d’être, chère Sandrine <3 xox

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *